Le Bigaradier

bigarades accrochées à une branche de bigaradier

Fiche technique du bigaradier

Encore appelé oranger amer ou oranger de Séville, le bigaradier représente une espèce d’arbres de la famille des agrumes qui donne des fruits nommés bigarades. L’originalité de ce plant reste les applications pharmaceutiques, alimentaires et de parfumerie de ses feuilles, de ses rameaux et de sa fleur. Le bigaradier se caractérise aussi par son côté décoratif et son porte-greffe.

Le bigaradier : définition

Par définition, le bigaradier désigne un petit arbre de 3 à 10 mètres qui possède des épines, des feuilles persistantes, des fleurs odorantes et des fruits comestibles amers. Il se développe plus facilement dans un climat chaud, mais peut supporter des gels épisodiques d’environ -6 ° C. Voici d’autres particularités de cet arbre fruitier :
  • Le bigaradier dispose de feuilles luisantes et odorantes qui mesurent environ 6,5 à 14 cm, avec une forme ovale, de couleur vert foncé, couverte d’une cuticule cireuse ;
  • Les fleurs de cet arbre constituent des hermaphrodites axillaires, de 3,7 cm de large et plus grandes que celles de l’oranger doux.

Les différentes espèces de bigaradier

Cet arbre fruitier peut se planter en pleine terre avec une protection en voile d’hivernage surtout au cours des nuits les plus froides. Mais, il se reproduit aussi dans un pot dans une pièce non chauffée comme la serre ou la véranda. Pour la culture du bigaradier, la méthode la plus répandue reste le semis même s’il demeure long à réaliser. Les bouturages peuvent également s’effectuer entre le mois d’avril et de septembre alors que les marcottages aériens se réalisent dans le mois de mai. Les différentes espèces de l’arbre se présentent comme suit :
  • Le bigaradier bouquet de fleurs : encore appelé Citrus aurantium, il représente une espèce d’agrumes très résistante avec une floraison parfumée. Il s’utilise le plus souvent pour produire l’eau de fleur d’oranger. Son fruit, l’orange amère, de forme ronde et un peu aplatie quant à lui peut servir en marmelade ;
  • Le bigaradier bouquetier de Nice : très vigoureux, il possède un feuillage persistant, vert, odorant et bien dense, des fruits aplatis et de forme irrégulière. Cette espèce s’utilise pour son zeste et son jus pour accompagner les plats et les boissons. Elle peut également donner des fruits doubles avec un deuxième petit fruit caché à l’intérieur du premier ;
  • Le bigaradier grand chinois : encore appelé Myrtifolia, il produit des fruits nommés Chinotto. C’est une variété d’agrumes au port compact et en boule, qui peut s’employer pour une culture en bac ;
  • Le bigaradier Salicifolia : cet agrume se distingue principalement par sa petite taille et son feuillage fin. Ses fruits très parfumés et amers s’appellent Granito, et possèdent une forme ronde. Cette variété se cultive en pleine terre ;
  • Le bigaradier Striata : cette variété se caractérise notamment par une croissance lente. Elle dispose de feuilles arrondies, de fruits d’une taille moyenne et d’une couleur orange à maturité.

Culture du bigaradier

Pour la production du bigaradier, de diverses conditions surtout naturelles doivent être remplies. Cet agrume peut se cultiver sur le calcaire lorsqu’il n’est pas greffé ou en pleine terre. Pour un développement constant, vous devez le mettre dans un bac de 50 à 60 cm de diamètre et de profondeur. Pour son entretien, un arrosage abondant devient indispensable lorsque la température est élevée. Par contre, en hiver, vous devrez diminuer les apports d’eau. Au printemps comme en automne, vous devez aussi augmenter les arrosages. Les engrais représentent également un élément important à ne pas négliger. Ainsi, vous devez apporter aux potées un engrais liquide d’agrumes tous les 15 jours environ.

Taille du bigaradier

De façon générale, le bigaradier mesure entre 3 et 10 m de long. Mais cette taille varie au fur et à mesure que l’agrume pousse. Ainsi, le jeune pousse possède une taille de 1 à 2 m et évolue progressivement à 3, 5 et 10 m. Certaines variétés atteignent cependant 10 à 20 m. Pour favoriser la reprise du bigaradier au printemps, il pourra être taillé.

Maladies du bigaradier

Le bigaradier, comme la plupart des plantes et des arbres fruitiers en particulier, subissent l’attaque de certains maladies et parasites. Ainsi, pour les différentes variétés de cet agrume, voici les cas les plus fréquents :
  • L’anthracnose : encore appelée Nuile rouge, cette maladie est causée par plusieurs champignons en fonction des plantes. Cette maladie cryptogamique se développe plus vite avec l’alternance de la chaleur et de l’humidité au printemps ;
  • La fumagine : maladie cryptogamique, elle est provoquée par un champignon noir ou des pucerons et réduit la photosynthèse, ce qui empêche les plantes de se croitre normalement ;
  • La gommose : causée par des champignons de genre Phytophthora, elle se développe dans les blessures des arbres fruitiers en fabriquant de la gomme dans de petites poches.

Utilisations du bigaradier

L’originalité de cet arbre fruitier reste son utilisation dans de différents cas. Ainsi, toutes les parties du bigaradier possèdent de multiples applications et vertus. Par exemple, ses fruits et ses fleurs s’utilisent en cuisine et en parfumerie. Son fruit, l’orange amère permet de préparer des confitures, des marmelades, des sirops et même du vin d’orange. Pour la fabrication du triple sec et du Cointreau, c’est son zeste qui donne l’essence d’orange amère qu’on emploie. La fleur parfumée du bigaradier quant à elle sert à la fabrication de l’eau de fleur d’oranger qui s’utilise également en parfumerie. Les rameaux présentent enfin une utilité pour la conception d’une huile essentielle avec des propriétés sédatives et anxiolytiques.