La culture des agrumes en Tunisie

Photo de la Tunisie

Cultiver des agrumes en Tunisie

La production de fruits comme les agrumes requiert de grands efforts et des conditions climatiques exigeantes. De ce fait, cultiver les différents fruits de cette catégorie reste uniquement propre à certaines régions spécifiques. En Afrique et notamment en Tunisie, cette culture a véritablement évolué au fil des décennies à cause des conditions très favorables. Vous pourrez donc rencontrer de nombreuses variétés (la maltaise, la navale, le meski, les citrons, etc.) dans diverses régions du pays. Mais, connaissez-vous réellement l’histoire et l’origine de ces fruits ? En continuant la lecture de cet article, vous en apprendrez davantage et vous saurez tout de l’évolution des récoltes selon les saisons.

Origine, histoire de la culture des agrumes en Tunisie

La production des agrumes en Tunisie a connu de nombreux revirements au fil de l’histoire. Originaires d’Asie, la plupart des variétés des agrumes ont atteint l’Europe et le Maghreb au XVe siècle. Au début du XVIIe siècle, des immigrants andalous vinrent s’installer en Tunisie et reçurent des concessions de terres. Ils commencèrent donc à introduire de nouveaux outils agricoles, de nouvelles procédures de travail et de nouvelles espèces de légumes et d’arbres fruitiers, dont les agrumes. Ils ont ensuite progressivement transmis ces traditions agricoles aux indigènes qui ont su les perpétuer jusqu’à aujourd’hui. En Tunisie, vous retrouverez par exemple l’orange qui se consomme en jus ou en dessert, et qui est considérée comme la meilleure et la plus douce au monde. Le pays demeure l’unique producteur et l’exportateur mondial de la maltaise demi-sanguine. Selon d’autres sources, cette variété appartient au même groupe que la Sanguinelle Moscata, la célèbre orange d’Italie.

L’industrie des agrumes en Tunisie

Pour la production des agrumes en Tunisie, de nombreuses industries sont spécialisées dans la récolte et l’exportation. Ceci permet d’accroitre chaque année la quantité des agrumes et des agrumicoles. Dans le classement national établi par le ministère tunisien de l’Agriculture, la variété maltaise occupe la première place avec près de 187 000 tonnes. Ensuite vient la variété navale, qui côtoie les 127 750 tonnes alors que l’industrie de la clémentine atteint les 95 600 tonnes. Pour sa part, la production des citrons s’élève à 72 330 tonnes, celle du meski à 34 000 tonnes, la Valencia à 13 700 tonnes et les mandarines à 10 500 tonnes.

Autres informations sur les agrumes en Tunisie

Si la production des agrumes occupe une importante place dans l’économie tunisienne, c’est parce que toutes les régions y prennent part. Ainsi, la superficie totale de toutes les agrumicoles s’estimait en 2018 à 27 000 hectares répartis sur 18 gouvernorats. En résumé, voici le classement selon les régions :

  • Le gouvernorat de Nabeul occupe la première place avec près de 18 000 hectares et une production totale de 45 000 tonnes ;
  • Les gouvernorats de Ben Arous et Kairouan viennent ensuite avec 1600 hectares chacun (31 870 tonnes pour le premier et 14 700 tonnes pour le second) ;
  • Le gouvernorat de Bizerte possède quant à lui environ 1315 hectares (20 000 tonnes) ;
  • Le gouvernorat de Jendouba dispose pour sa part de 1069 hectares (13 650 tonnes).

En ce qui concerne les oranges, de nombreux vergers s’étendent à perte de vue dans la presqu’île du Cap Bon avec des paysages riches et fertiles. Cette région produit à elle seule près de 75 % de tous les agrumes de Tunisie et la quasi-totalité des oranges.